Le pardon est loin d’être un mécanisme simple. Cela nécessite effectivement de se délester d’une grande part de son orgueil, tout en tordant le cou à ses émotions. Ces leviers essentiels vous permettront ainsi de calmer des situations parfois très tendues, dont vous n’êtes d’ailleurs pas à l’origine.

Cela dit, si le pardon a la force d’apaiser les tensions, c’est aussi et surtout une manière pour vous d’être à nouveau en paix. Mais concrètement, le pardon, comment ça marche ?


La neurophysiologie du pardon.

Les mécanismes neuronaux liés à l’expérience du pardon, ont un grand rôle à jouer dans notre manière de réagir face aux événements. En effet, imaginez votre cerveau comme un ensemble de câbles et de connexions. Lorsque nous sommes blessés par des paroles et des comportements, les émotions négatives nous submergent, impliquant certaines réactions neurophysiologiques. Des connexions spécifiques se font, plus ou moins fortes selon l’intensité du contexte.

Toutefois, il faut avoir conscience de l’aspect « mémoire de forme » de ces connexions. Le fait de vivre à nouveau une situation similaire, risque de nous faire réagir de la même manière, et en fin de compte, de nous conduire à généraliser. Dès qu’une étincelle nous évoque un contexte blessant, nous enclenchons déjà tout notre processus neurophysiologique, comme si nous n’avions aucun doute quant à l’issue.


Il suffit que quelqu'un appuie sur le bon boutton, et nous réagissons émotionnellement à la situation instantanément.

Nous avons beau savoir que nous devons laisser une chance à notre interlocuteur en tant qu’individu, cela semble être plus fort que nous. Toute compassion est étouffée.

La rancune inconsciente qui se manifeste donc, de par la répétition infinie d’une situation dans notre esprit, menace bel et bien de nous enfermer dans un cercle vicieux. Tous les contextes peuvent nous ramener à notre mauvaise expérience, alors pour nous en prémunir, nous nous braquons et devenons hostile au monde.

De fait, nous en percevons toutes les facettes par le prisme biaisé d’un événement, condamnant en quelque sorte notre bonheur par crainte d’un schéma similaire. 

Alors comment nous en sortir ? Et comment faire de notre esprit un terrain propice au pardon ?


Ne soyez plus otage de vous-même.

Le fait d’avoir gravé en mémoire des circonstances malheureuses, va donc vous faire tendre à généraliser sans compassion. Et chaque fois qu’une personne vous évoquera de près ou de loin celle qui vous a fait du mal, vous la mettrez dans le même sac sans même lui avoir laissé une chance.

Combien de fois n’avons-nous pas été les témoins malheureux d’une scène de ménage, où l’un des deux membres du couple disait à l’autre : « Arrête, je ne suis pas ton ex ! » ? C’est typiquement où nous voulons en venir. Nos blessures, nous empêchent d’avancer et de construire solidement, dans la mesure où nous sommes enfermés dans une situation passée qui nous a fait du mal. Pourquoi ? C’est simple : la blessure a été si profonde et si difficile à supporter, que nous nous préparons émotionnellement à ce qu’elle se reproduise. Pour ne pas souffrir à nouveau, nous nous formons un bouclier d’hostilité, mettant à mal toute compassion.

A ce moment-là, nous avons tendance à demander pardon à notre entourage pour l’injustice qui émane de nous. Nous évoquons notre passé et nos blessures, tandis que nos interlocuteurs nous martèlent qu’ils n’ont rien à voir avec tout ça. En effet, pourquoi devraient-ils subir des assimilations injustifiées ? Heureusement, avoir conscience de cet écueil est un premier pas vers l’action !


Faites circuler l'énergie bloquée pour pardonner et vous libérer

Maintenant, recentrez-vous sur vous-même pour vous débarrasser du négatif. Faites circuler l’énergie en vous, pour libérer la force vitale jusqu’à votre cerveau. En activant ces différents centres, vous parviendrez à vous connecter au champ quantique et à déployer votre énergie.

Laissez-vous devenir le membre d’un tout. Acceptez de ne plus avoir d’identité, de vous fondre dans ces multitudes d’énergies quantiques, en abandonnant tout repère temporel ou géographique.  Vous ressentirez alors un amour puissant, rempli de compassion. Lorsque la rancœur aura cédé la place à la bienveillance, vous pourrez avancer vers le pardon.

Certes, cette personne qui tourmente inlassablement votre mémoire, rejouera encore sa boucle blessante et menacera de faire de vous l’otage de votre propre réalité. Mais ne sous-estimez pas la puissance des énergies quantiques dans une démarche de pardon !


Le pardon : une révolution émotionnelle.

Accepter de se placer dans une démarche de pardon, demande donc un véritable engagement émotionnel. Quand nous en voulons à quelqu’un, nous lui sommes reliés par des émotions négatives. En parvenant à faire baisser l’intensité de ce ressentiment, notre corps libère ainsi de l’énergie, la regagnant pour lui-même et permettant de désamplifier toujours plus ces émotions.

Finalement, nous parviendrons à ne plus prêter attention à cette personne, jusqu’à briser le lien émotionnel qui nous lie, et à nous libérer mutuellement. Des années plus tard, il n’est donc pas rare de voir d’anciens ennemis revenir vers soi, remplis d’humilité et métamorphosés par l’amour, venant demander pardon.

De notre point de vue, nous pouvons les laisser aller en paix, pour être libérés de ces chaînes émotionnelles. Tant d’un point de vue quantique que neurophysiologique, des émotions ainsi apaisées et empreintes de compassion viennent remplacer à jamais la négativité et la rancune.

Quand le pardon devient chimique : une histoire d’ocytocines.

Se placer dans un cadre de pardon est très bénéfique ! Oui : accepter d’ouvrir son cœur, et se mettre dans une optique de pardon et de compassion, c’est libérer plus d’un millier d’agents chimiques qui restaurent notre corps. L’énergie libérée, atteignant ainsi le cerveau, génère aussi une amplification d’ocytocine, hormone du lien social, de l’amour, de la compassion et de la confiance.


Le pardon se fait sans effort quand nous libérons de l'ocytocine, l'hormone du lien social, de l'amour et de la compassion.

Le fait de booster naturellement la production de cette hormone, fait que le pardon arrive finalement sans efforts. Incroyable n’est-ce pas ? Vous qui étiez malmené par vos émotions depuis si longtemps, pouvez donc mettre un terme à cette torture de façon somme toute assez spontanée. Grâce à un simple changement émotionnel, vous n’aurez plus à vous faire de mal pour réussir à pardonner.

Ainsi donc, en se fixant sur les mêmes récepteurs que ceux de la peur, les ocytocines atténuent vos angoisses et votre anxiété, éteignant ainsi toute colère et toute envie d’hostilité. Finalement, il ne restera en vous plus que de l’amour et de la compassion.


Ascension Succès _ Joe Dispenza _ Comment utiliser la visualisation pour réussir _  Profil Pic

Le pardon, c’est donc laisser le Divin s’exprimer à travers soi. Pour se libérer de soi-même et de la rancœur qui nous empêche d’avancer, il nous faut réussir à briser les liens émotionnels qui nous retiennent en otage dans le passé. Face à cela, une solution : libérez votre esprit, laissez les vibrations quantiques vous envahir, mettez de côté votre individualité pour vous fondre dans une réalité bien plus grande.

En prenant de la distance par rapport à vos émotions, vous ouvrirez de fait la voie au pardon autant d’un point de vue quantique et physiologique, pour vous libérer et aller de l’avant  !


À voir aussi :

Lisez le livre « Devenir Super-Conscient » de Joe Dispenza pour devenir à votre tour super-conscient et transformer votre vie (lien cliquable) :


Autres livres du Dr Joe Dispenza à lire absolument (versions Papier / Kindle / Audio) :


Méditations des livres (versions Audio / CD) :


Vous pouvez visionner la vidéo de cette article sur la chaîne Youtube :